Skip to content

Présentation de notre autochtone Julia

23 décembre 2011
Publicités

Playlist ambiance berlinoise

16 décembre 2011


MusicPlaylistView Profile
Create a playlist at MixPod.com

Berlin, victime de son succès ?

16 décembre 2011

« Berlin dans 5 ans ? A mon avis, il y aura de plus en plus de touristes, la ville sera plus propre, plus chère, et il y aura de moins en moins d’espaces libres pour les artistes. » Beaucoup de jeunes Berlinois de souche ou d’adoption partagent l’avis de Josephin, 24 ans. Ils ont peur du phénomène de gentrification et de l’arrivée massive de touristes, venus profiter de la scène alternative de la ville. Pour les jeunes européens, Berlin est hype et est encore « the place to be ».

Quand j’étais dans des clubs, des expos ou des open-air party, je me disais « voilà, c’est ça la vraie vie des berlinois ! », jusqu’à ce que je me rende compte au bout de quelques minutes qu’il y avait au moins 4 Français, 6 Espagnols et 3 Américains dans un rayon de 5 mètres autour de moi. Etudiants erasmus ou « easyjeters » (les touristes d’un week-end débarqués des vols low cost), tous veulent venir sentir l’atmosphère libre et festive du Berlin « pauvre mais sexy ». D’ailleurs, sans les touristes, la moitié des clubs de la ville devraient fermer leurs portes.

Mais voilà, certains Berlinois ne voient pas d’un très bon œil cette invasion de touristes et se sentent parfois dépossédés de leur ville. A Kreuzberg, le nombre d’hôtels a doublé en cinq ans, les prix des loyers augmentent sans cesse et le quartier se commercialise. Les riverains se plaignent des nuisances et de l’attitude « consommatrice » des touristes, qui ne parlent souvent pas un mot d’allemand. Des stickers à l’attention des touristes « Berlin doesn’t love you » sont ainsi apparus dans les rues cet été. Les politiques s’emparent à leur tour de la question. En mars 2011, les Verts ont organisé une campagne « Hilfe, die Touris kommen » (« Au secours, les touristes débarquent ») et suggèrent d’imposer une taxe aux touristes.

Si vous avez décidé d’aller visiter la capitale, ne vous inquiétez pas, tous les Berlinois ne détestent pas les touristes. Dans certains endroits, des stickers « Berlin loves you » ont ainsi recouverts leurs homologues négatifs. Les habitants savent aussi que le tourisme est une des principales activités économiques de la ville, dont la situation financière est plus que critique. Au quotidien, ils sont tout de même toujours prêts à aider les touristes ou les erasmus et à discuter avec eux. Finalement, ceux que les touristes dérangent le plus sont les autres touristes. Combien de fois entendrez-vous autour de vous « Oh là là, c’est bourré de Français ici, viens on s’en va ! ».

A lire Tobias Rapp “Lost and Sound” | Berlin, Techno and the Easyjet Set.

Baby-boom à Prenzlauerberg

6 décembre 2011
Prenzlauerberg : le quartier des jeunes parents

 

Lorsqu’on parcourt les rues de Prenzlauerberg, et que l’on croise sa 8ème femme enceinte, une question nous vient à l’esprit : le taux de natalité n’est-il pas censé être désespérément bas en Allemagne ?

Bienvenue à « pregnancy ill » : 4 000 naissances par an, une armée de poussettes, des jeux pour enfants à tous les coins de rue, des parents épanouis flânant devant les devantures de magasins bio. Alors que le taux de natalité est de 1,3 en Allemagne, il est de 2,1 pour le seul quartier de Prenzlauerberg.

 

Réunion de mamans berlinoises

 

Ancien quartier ouvrier de Berlin-Est, colonisé par les étudiants et les artistes après la chute du Mur, Prenzlauerberg est devenu LE quartier bobo berlinois par excellence. Les immeubles décrépis ont progressivement été rénovés, entrainant une hausse des loyers. Les artistes et les étudiants ont donc cédé la place aux jeunes couples bohêmes. Mais ne pensez pas qu’il s’agit nécessairement de personnes différentes. De nombreux étudiants s’y sont rencontrés, installés, reproduits. Alors qu’ils profitaient il y a 10 ans des faibles loyers et de l’atmosphère alternative du quartier, ils aspirent aujourd’hui à des intérieurs plus « cosy », des espaces verts et des magasins tout aussi verts qui assurent un environnement sain pour leur progéniture. La population de ce quartier est particulièrement jeune : plus d’un quart des habitants a entre 15 et 30 ans et plus de 36% des femmes ont entre 25 et 35 ans.

Ici, tout est fait pour faciliter la vie des parents. En plein cœur de la capitale, les enfants peuvent admirer des animaux de la ferme, jouer dans des jardins d’enfants plus originaux les uns que les autres et suivre Papa et Maman dans leurs balades à vélo.

 

La ferme en ville
Des vélos adaptés aux familles nombreuses
Les « vélib' » berlinois et leur siège pour enfants

 

D’abord déstabilisé par cette natalité miraculeuse, le quartier profite désormais de cette manne. Cours de yoga, « Kitas »*, friperies pour marmots et boutiques pour femmes enceintes poussent comme des champignons.

 

Une crèche version berlinoise
 Boutique pour femmes enceintes sexy

 

Ce développement attire toujours plus de jeunes parents, qui peuvent bénéficier, comme l’explique Renata Brink, 47 ans, “d’un super réseau de jeunes couples avec enfants”.

Idéal si vous rêvez d’une promenade tranquille au milieu de familles épanouies, Prenzlauerberg risque toutefois de vous donner envie d’augmenter à votre tour le taux de natalité de la ville… Ou de partir en courant dans des quartiers où les moins de 10 ans ne rentrent pas dans les clubs.

* Crèches

 

Les entrées d’immeubles encombrées de poussettes
Hellmholzplatz : le paradis des enfants

Périple à travers les quartiers

6 décembre 2011
Notre itinéraire pendant 3 semaines

 

Pendant 3 semaines, nous allons sillonner les différents quartiers de Berlin. Berlin est une ville qui s’est construite par la réunion de plusieurs villages et est aujourd’hui constituée de quartiers aux identités très différentes. Contrairement à Londres et Paris qui possèdent un « vrai » centre-ville historique où tout est concentré, Berlin se caractérise par de multiples quartiers, possédant chacun une culture et une histoire fortes. La division de la ville après la guerre entre les secteurs américain, anglais, français et russe, puis la construction du mur ont accentuées les frontières des quartiers de la ville.

Nous commencerons par les « Bezirken »* de l’ancien Berlin-Est : Prenzlauerberg, Friedrichshain et Mitte. Puis nous irons (re)découvrir certains quartiers de l’ancien Berlin-Ouest : Kreuzberg, Neukölln, et peut-être Charlottenburg. Berlin étant 9 fois plus étendue que Paris (mais 5 fois moins dense !), il va falloir faire des km à vélo, à pied ou en U/S-bahn pour vous faire découvrir tout cela.  Grâce à des témoignages de berlinois venus d’ici et d’ailleurs, nous essaierons de vous donner un aperçu de la richesse de ces quartiers, au delà des stéréotypes,. Nous en profiterons pour vous donner nos impressions sur l’ambiance de chaque quartier, à travers la description de ses habitants, de leur mode de vie et bien sûr des endroits sympas pour manger, boire et sortir.

* quartiers, arrondissements